vendredi 9 août 2019

Et c’est reparti pour le dépaysement, cette fois avec L’Egypte !


Oui, je suis un sac, à peine les enfants partis, je fais le zombie à cause de la chaleur mais si vous avez vu une carte météo du département des Bouches du Rhône, vous pouvez comprendre ma souffrance (surtout quand le mercure reste à 25°C en pleine nuit…).

Bon, on va rester sur la thématique du chaud en allant faire un tour en Egypte !

Cette fois, je vais parler d’un bon vieux manga format papier, Reine d’Egypte de Chie Inudoh, dont le titre original « Aoi horusu no hitomi - danso no joo no monogatari », « L'œil bleu d'Horus - L'histoire de la reine des hommes » est plus parlant.
Il y est question d’une des figures emblématiques de l’Egypte antique, Hatchepsout, Reine de la XVIII dynastie qui a su profiter de la régence de son beau-fils trop jeune pour établir son propre pouvoir à légal d’un homme, tel un vrai Pharaon.

Si comme moi, vous avez passé votre adolescence à lire du Christian Jacq (la saga Ramsès, La Reine Soleil et L’affaire Toutankhamon si je devais faire mon top 3), alors vous allez adorer ce manga !

A ce jour, il compte 6 tomes, le sixième tome arrivera dans nos contrées à l’automne et je n’ai fichtrement aucune idée de qui est le personnage sur la couverture ^^°
En attendant, les 5 premiers tomes sont disponibles aux éditions Ki-oon dans une édition très soignée (la texture des couvertures est très agréable et l’impression de très bonne qualité surtout sachant le nombre de scènes sombres ou fourmillant de détails…).




Et l’histoire alors, avec quelques simplifications (car les familles royales égyptiennes, c’était un gros bazar), nous suivons donc l’histoire de Chepsout, fille légitime de la Princesse de sang royal et d’un noble élevé au rang de Pharaon, Thoutmosis I, de part son mariage.
Chepsout a une petite sœur, mais surtout un demi-frère côté père.

Afin de préserver le sang royal transmis par sa mère, Chepsout doit épouser son demi-frère, Séthi, qui deviendra Pharaon sous le nom de Thoutmosis II.
Si leur père était un homme fort, l’héritier lui est plutôt du genre à se vautrer dans la luxure. La jeune Reine va encore plus détester ce frère et refuser de lui donner une descendance jusqu’au jour où ce sera une concubine qui mettra au monde un fils, le futur Thoutmosis III…

Bref, bienvenue dans les jeux de pouvoirs et les intrigues de palais et du harem (attention rien à voir avec les sérails ottomans, le harem égyptien est une véritable petite société où chacun à sa place et a quelque chose à faire !).


En tant que grosse fan de l’Egypte des Pharaons et notamment de cette période du Nouvel Empire, je ne suis pas déçue de ma lecture.
L’auteur s’est beaucoup renseignée et a étudié son sujet. D’ailleurs, la fin de chaque tome est l’occasion d’une parenthèse historique !

Le récit est bien construit, les personnages évoluent de façon intéressante, il y a un beau découpage et les climax de certaines scènes est très soignée et contribue à l’immersion.

Cela nous donne donc un bon seinen, seul regret, le rythme de parution est lent avec deux tomes par an et il est dur de l’imaginer au delà de 10 tomes si on prend en compte la réalité historique.

Allez, si un auteur pouvait avoir l’idée de faire un manga sur Ramsès II, ce serait parfait !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez une remarque à faire, n'hésitez pas ^_-